La figure d’attachement

A l’aube de ses 2 ans, mon tout petit amour semble être dans le phénomène de l’attachement pur et dur. Chaque séparation avec moi est difficile, à en pleurer parfois pour elle et dès que je suis dans les parages mais pas complètement avec elle, elle m’appelle. C’est une période qui peut être difficile à vivre pour les deux parties si elle est mal cernée ou comprise. Voici quelques astuces pour mieux l’appréhender, avec des mots simples.

La figure d’attachement

La théorie de l’attachement est une théorie des besoins émotionnels des bébés. 

Dès le début de sa vie et au long de celle-ci, toutes les situations de détresse dans le monde intérieur ou extérieur de l’enfant déclencheront des comportements d’attachement. Par détresse, on entend tous les moments où l’enfant subit des choses qui ne sont pas normales pour lui (dents, découverte de nouvelles émotions, de nouvelles choses ..)

C’est l’enfant qui s’attache : il cherche la sécurité, la compréhension et le contact auprès de ses figures d’attachement.

C’est la figure d’attachement qui comprend, prend soin et protège.

img_20190715_1142429214674719820283643.jpg

Le plus souvent la figure d’attachement est la maman car c’est la personne qui passe le plus de temps avec l’enfant mais cela peut-être aussi des personnes de l’entourage proche comme le papa ou encore les personnes qui gardent l’enfant au quotidien.

Comment reconnaître que l’enfant a une figure d’attachement
  • Les enfants sont très calmes ou très gentils toute la journée avec la nounou, les grands parents ou à la crèche et quand vous le retrouvez, c’est le vacarme et le comportement est complètement différent
  • L’enfant a des émotions intenses quand il est avec vous
  • L’enfant ne vous lâche peut-être pas, vous réclame et a peur dès que vous quittez la pièce.

Si vous rencontrez ce genre de manifestation, alors il est possible que vous soyez devenu la figure d’attachement de votre enfant. N’ayez crainte, ce n’est pas grave en soi. C’est juste un mauvais moment à passer.

Personnellement, nous sommes dans une phase où Clarysse veut tout faire avec moi, m’appelle dès que j’ai quitté la pièce et ne supporte pas que ne pas m’avoir à l’œil. De plus, dès qu’on est dans un environnement extérieur, elle a souvent peur et me le dit. Elle réclame donc un câlin.

C’est perturbant car c’est arrivé du jour au lendemain alors que c’est, de base, ou du moins je pensais, un enfant assez indépendant qui fonce tête baissée. Je me suis retrouvée submergée par ce besoin intense qu’avait Clarysse de m’avoir toujours avec elle. Besoin que je n’ai jamais qualifié de caprice ou de cinéma, bien au contraire et malgré tout ce qu’on peut en dire.

Je ressens donc clairement son besoin de protection et de sécurité. Il y a donc plusieurs manifestations possible dans la phénomène de la figure d’attachement. Et certaines peuvent être passées sous silence. Ici, nous n’avons pas de soucis avec les crises émotionnelles par exemple.

Comment aider bébé à traverser cette phase

C’est une phase de développement intense du bébé qui est en train de s’opérer. Aussi, en tant que parents, nous avons un rôle primordial dans sa réalisation.

img_20190715_1127224745266977201884425.jpg

  • Consoler, rassurer : ne pas penser que vous couvez trop votre enfant en répondant favorablement à chacune de ses demandes d’affections ou de câlins. C’est primordial de répondre positivement à ses besoins d’affections.
  • Parler, donner du sens : affronter ses peurs est très difficile, on le voit bien à l’âge adulte. Aussi, il est important de donner du sens et d’expliquer à l’enfant que la situation dans laquelle il se trouve n’est pas dangereuse ou qu’il est sous protection. Quand Clarysse a peur de quelque chose, nous essayons de nous y confronter pour régler le problème ensemble.
  • Etre patient et accepter la situation : Cela ne dure qu’un temps mais parfois c’est très difficile de comprendre et d’admettre. Parfois, il faut juste faire acte de présence sans trop chercher à régler les choses de suite. Parfois, c’est juste attendre une crise qui doit passer.
  • Ne pas paniquer : pour celui qui est la figure d’attachement, ce n’est pas évident car l’enfant peut avoir une emprise énorme sur vous à tel point que vous n’avez plus une minute. Entendre maman 1473 fois par jour on connait ainsi que les pleurs quand on va seulement aux toilettes. Mais ça va passer.

Qu’on se le dise, quand cette phase est en marche, cela est difficile pour tout le monde. Pour l’enfant qui subit ses tourbillons émotionnels, pour la figure qui doit répondre aux besoins mais aussi pour celui qui est lésé dans l’affaire.

En effet, ce dernier peut être complètement transparent aux yeux de l’enfant.

Le tout mêlé à un terrible Two .. C’est sympa non?

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s