Le rôle de la charge mentale

Je crois que ces deux dernières années ont été marquées par l’émergence d’un nouveau concept qui touche, à priori, principalement les femmes et plus connu sous le nom de charge mentale. Ce sujet est forcément un sujet qui m’intéresse et me touche tellement que je ne pouvais pas passer au travers sans y consacrer quelques lignes.

La signification de la charge mentale

Vous trouverez souvent le terme charge mentale ménagère à la place de charge mentale. Je ne suis pas du tout d’accord avec ce terme que je trouve bien trop réducteur. Comme si la charge mentale s’arrêtait au cadre du ménage et du foyer.

« Le principe de la charge mentale ménagère est introduit par Monique Haicault en 1984 dans son article La Gestion ordinaire de la vie en deux. Elle y décrit comment, chez une femme en couple qui travaille, son esprit demeure préoccupé par les tâches ménagères et la gestion du foyer, charge cognitive importante, constituant l’articulation de la « double journée » que mène celle-ci. Elle met ainsi en avant le fait que, la double charge « travail + foyer » ne se limite pas à une simple addition des contraintes, mais qu’elle emmène au travail une partie des tâches à gérer pour le foyer »

Vous l’aurez compris, cette notion n’est pas née d’hier mais c’est juste qu’on a vraiment commencé a appuyer dessus tout récemment.

Les causes de l’explosion de la charge mentale

Les facteurs aggravants

  • La société : si on en parle tant aujourd’hui c’est parce que la société, de manière générale, met l’accent et accentue ce phénomène. Tout doit être nickel, parfait, il faut être en forme, en bonne santé, de bons parents, respecter les codes et les principes et faire bien et vite. En gros, nous sommes conditionnés à devenir de vrais machines à penser et à faire tellement on nous incite à le faire tout le temps. Et l’émergence des réseaux sociaux qui favorise une communication plus que transparente ne nous aide pas non plus, croyez-moi.
  • La prise de responsabilité : plus vous aurez de responsabilités, plus vous y serez exposé. Un nouveau travail à responsabilités, la naissance d’un enfant, un projet de maison, de mariage, un projet associatif, une nouvelle envie… Dès lors que vous prenez en main quelque chose, vous vous exposez à nourrir votre charge mentale.

Je ne peux que témoigner positivement. Quand on prend ce genre de poste, il faut être assez costaud et surtout savoir faire face au stress.

  • Vous avez une surcharge globale. Une surcharge de travail dans votre vie professionnelle. Qui n’a jamais fait le travail de 2 personnes ou n’a pas été en stress à l’idée de partir en vacances et de voir tout le retard accumulé au retour. À la maison, les bacs de linge débordent. Vous en avez accepté plus que possible. La situation a dérapé.
  • Vous n’êtes pas aidé : on ne va pas se mentir. C’est un fait. Parfois, vous aurez beau faire tout ce qu’il faut. Personne ne vous aide. Vous êtes seul et vous avez l’impression de vous battre comme un ou une acharné pour tout remettre en ordre.

Tous ces facteurs œuvrent à renforcer notre charge mentale. Mais ne nous mentons pas, elle a toujours existé sans pour autant être autant montré du doigt.

img_20190616_1430106648607073716838669.jpg

Alors, la faute à qui?

Mais c’est aussi VOTRE faute

  • Vous ne savez pas déléguer : partisans du « on est jamais mieux servi que par soi-même », déléguer est impensable pour vous.
  • Vous êtes dans le contrôle : cela rejoint ce que je disais concernant le problème de délégation. Vous voulez tout contrôler et n’êtes pas dans le partage à proprement parler de la tâche.
  • Vous n’êtes pas patient : il faudrait que tout soit fait de suite, maintenant. Alors quand vous voyez que les choses ne sont pas faites ou pas assez vite, vous vous mettez en action.
  • Vous êtes fatigués et n’avez pas pris le temps de vous poser pour vous rendre compte qu’il est temps de sonner l’alarme.

Et le burn out s’invite chez vous. Vous avez ouvert la porte à la charge mentale et vous l’avez accueilli bras ouverts.

Comment y remédier

Avoir le courage de dire les choses : à votre patron (quand je suis partie en congé maternité j’ai été remplacée par deux personnes… WTF), a votre conjoint(e), à vos enfants ou encore à votre entourage. Il faut apprendre à dire stop et à arrêter d’accepter tout le temps. La communication est une arme redoutable entre humains pour remédier aux problèmes que l’on a.

Ne pas supposer que : si vous lisez des articles ou livres sur les différences hommes/femmes, vous verrez que nos objectifs ne sont pas du tout les mêmes. C’est pourquoi nous ne pensons pas de la même manière. Arrêter de penser que l’autre doit penser. Et à vous torturer la tête à ne pas comprendre pourquoi il ou elle ne fait pas. Par exemple, quand on demande aux hommes pourquoi ils n’ont pas fait ci ou ça, beaucoup vont répondre « tu n’avais qu’à le demander ». Et le pire, c’est qu’ils n’ont pas tort. Et nous avons supposé qu’il avait compris qu’il fallait le faire. Vous me suivez?

Apprendre à arrêter de faire : Kevin laisse traîner ses chaussettes puantes dans sa chambre… Et bien laissez les jusqu’à ce qu’elles moisissent. Après tout, c’est sa chambre. Le jour où il voudra inviter des copains, il aura pas l’air fin.

Apprendre à responsabiliser les autres : parfois les autres ne sont pas responsables car ils ne veulent pas l’être mais aussi parce qu’on ne leur donne pas l’occasion de l’être. Aussi, il est important de donner une chance aux autres de faire à notre place et d’être si exigeant. Je viens juste de comprendre que Clarysse sait mettre ses chaussures tout seule. Et je pense qu’elle sait le faire depuis un moment, sauf que je n’ai jamais pris le temps de la laisser faire !

Cela passe par une phase d’acceptation où on accepte que ce ne soit pas comme on aurait aimé mais au moins… C’est fait !

Faire le point sur ses activités et faire le tri : le yoga, le ménage, l’assemblée générale du syndic, les cours de piano de Julie, les compétitions de tennis le week end etc…. Poser sur le papier tout ce que vous avez à faire pour vous et pour les autres et si c’est trop, essayez de faire du tri dans ce qui est possible ou non pour vous. Dans un premier temps, déléguer les activités possible à autrui ou sinon faites des sacrifices. À mon sens, c’est le plus difficile et je sais de quoi je parle puisque j’ai complément arrêté le sport pendant 3 mois pour me recentrer et retrouver du temps pour moi et ma famille.

Par exemple, je ne sors jamais les poubelles, au grand jamais. J’estime que je fais déjà beaucoup de choses donc j’ai clairement laissé tombé certaines tâches à la maison.

Pleurer un coup, péter un câble : c’est plus que autorisé voyons. C’est affronter ses problèmes, son état et c’est prendre conscience que ça va mal pour aller mieux. Gueuler dans votre voiture, danser dans votre salon, sauter partout mais videz-vous !

img_20190616_143216_16667470177412841872-e1562152519445.jpg

Quand j’en ai marre, je prends le large !

—————————————————————————————————————————————–

On a tous une charge mentale, propre à nous et à notre histoire. Qu’on soit homme ou femme, nous sommes exposés même si les femmes sont plus concernées.

Génétiquement, hormonalement, nous sommes tellement différents que nous avons des ressentis et des émotions qui sont divergents face à des situations.

Ce n’est pas forcément la faute de… Mais c’est la manière dont nous agissons aussi qui fait que nous tombons dans cette charge.

C’est pour ça que bien connaître les comportements humains est important dans ce genre d’analyse.

Je ne pourrais jamais m’enlever toute ma charge mentale car il y a des choses incompressibles, que je ne changerai pas. Par contre, on peut tous œuvrer pour forcément la réduire.

Je pense que cette charge mentale a un rôle important dans nos vies car elle nous permet de toujours corriger le tir pour mieux vivre au final !

Publicités

Une réflexion sur “Le rôle de la charge mentale

  1. Aurelie dit :

    Je suis bien d’accord avec toi, c’est aussi de notre faute et il faut réussir à accepter de ne pas avoir le contrôle sur tout. Toutefois ce qui est et reste épuisant c’est que même en délégant, par exemple à mon conjoint, je reste « la tête pensante », je dois lui dire de faire et m’assurer derrière que c’est fait (je parle de tâches importantes pas de détails) et du coup ça parfois-souvent meme-c’est épuisant. J’aimerais juste mettre la machine sur off mais pour avoir déjà testé dans ce cas ça part vite en vrille (pénalités de retard sur le paiement de factures, échéances loupées,…)

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s