#2 SMM : Ne pas allaiter

Allaiter c’est donner son lait et nourrir au sein. C’est aussi simple que cela quand on regarde une définition simple du mot allaiter. En fait, c’est la norme biologique des mammifères pour nourrir les petits grâce au lait produit dans les mamelles. L’allaitement est très bon pour les bébés et pour les mamans. Cependant, choisir l’allaitement ou non est un choix, parfois il s’impose et parfois il n’est pas évident.

Cet article n’a nulle vocation de montrer les avantages de l’allaitement car ils sont prouvés et avérés. Alors vous me direz, pourquoi est-ce que certaines femmes choisissent de ne pas allaiter alors qu’on connait les effets bénéfiques sur la santé des enfants?

Il n’y a pas de règles si ce n’est celles de l’enfant et de la maman

Si vous décidez d’allaiter ou non, personne ne doit vous dire ce que vous avez à faire. Vous pouvez décider d’allaiter 1 mois, 2 mois, 10 ou 24. Peu importe le regard des autres, c’est un choix entre bébé et maman même si ce choix revient à la maman, le plus souvent.

Voici quelques freins que j’ai pu identifier au non-allaitement :

  • Peur du regard des autres et du public : qu’on se le dise, les gens portent encore un regard sur l’allaitement surtout quand il est assumé en public. C’est une triste réalité mais c’est ainsi à cause du côté érotique qui peut être associé à sortir son sein.
  • Peur du changement du corps : déjà que pendant la grossesse, le corps subit des modifications importantes, on aura tendance à imaginer que l’allaitement abîme les seins et il est possible que ce soit une réalité.
  • Peur d’être dépendante de son enfant : quand on vous parle d’allaitement, on vous dira que c’est à la demande. Donc, vous êtes à la disposition de votre enfant.
  • Peur de ne pas y arriver, de l’inconnu : allaiter c’est aussi aller parfois à l’aveugle. Surtout pour un premier enfant. Vais-je y arriver, est-ce que mon enfant prendra assez …
  • Impossibilités diverses : prise de traitements, soucis autres etc …

Voici quelques raisons que j’ai identifié comme étant des freins. Personnellement, j’avais une trouille d’allaiter en public même si je pense que je me serais détendue avec le temps.

Une fois de plus, si c’est votre choix de ne pas allaiter pour des raisons quelconques, elles sont respectables et nous ne devons pas blâmer.

Après tout, ce qui compte, c’est le bien-être de l’enfant peut importe les chemins que l’on emprunte. 

crescent moon and cloud wind chimes
Photo de NIKOLAY OSMACHKO sur Pexels.com
Bien s’équiper pour l’allaitement

Avant toute chose, si votre choix est d’allaiter, même si en surface, cela semble simple car il faut juste une maman qui a du lait et un bébé, au final, il peut-être intéressant d’investir un peu :

  • Des vêtements confortables et adaptés : t shirt, soutien-gorge d’allaitement (le principe et d’avoir des bretelles qui s’ouvrent et de détachent simplement au dessus du sein)
  • Des coussinets d’allaitement, utiles en cas de fuite de lait. Ils se placent dans le soutien-gorge.
  • De la crème ou huile type Lanoline pour hydrater la peau pendant l’allaitement
  • Des bonnes recettes de grands-mère pour aider à la lactation ou soulager les bobos liés à l’allaitement 🙂
  • Un tire-lait et quelques biberons si vous voulez tirer votre lait, à un moment donné.
Mon choix d’allaitement

Pendant ma grossesse, la question d’allaiter ou pas s’est posée. Mon choix a été pris en cours de grossesse d’allaiter ma petite à la naissance. Ou du moins d’essayer. Dans tous les cas, la tétée d’accueil était pour moi une évidence et je voyais la suite en fonction. On va dire que dans ma tête, je ne menais pas un plan d’attaque pour que cela marche à tout prix. J’avais imaginé quelque chose de simple, qui coule de source.

J’avais pris les renseignements nécessaires avant tout, assisté à des conférences sur l’allaitement, j’avais bien cerné le fonctionnement et la machine puissante qu’est la lactation et l’allaitement. J’étais prête… et pour autant je n’ai pas allaité, je n’ai pas donné une seule goutte de lait à Clarysse. Pourquoi?

breastfeeding-827169_1920

Après la naissance

Lorsque votre bébé va naître si tout se passe normalement, on va vous proposer tout naturellement de pratiquer la tété d’accueil. Au début, vous n’avez pas réellement de lait mais plutôt du colostrum. C’est le premier lait maternel et il est particulièrement riche.

A la naissance, le bébé est normalement assez éveillé sous l’effet des hormones sécrétées pendant la grossesse. On m’avait dit que le bébé allait naturellement au sein attiré par l’odeur pour profiter de sa première tété d’accueil.

Pour nous, malgré un accouchement rapide et simple, notre bébé avait plutôt décidé de continuer son somme tranquillement. Clarysse n’avait aucune envie de téter mais vraiment pas. On a même pas pu faire la tété d’accueil. Elle ne s’accrochait pas et elle dormait. Les sages femmes ont essayé tant bien que mal mais rien à faire, ça devenait plutôt traumatisant pour moi de la forcer à s’accrocher au sein.  Au bout de 8h/9h de vie, toujours pas de tétées en vue et pour le peu qu’elle prenait, elle me faisait un mal de chien.

J’ai donc compris que l’allaitement n’allait pas être simple au début et ça m’a fait stresser. Et clairement, dans mes choix initiaux, l’allaitement n’était pas un absolu obligatoire combat que je voulais mener. Je savais que c’était très bon pour le bébé mais je n’avais pas envie que cela se fasse dans le stress.

Aussi, j’ai pris un choix égoïste et j’ai décidé de ne pas allaiter et nous sommes passés au biberon.

Je ne regrette absolument pas ce choix. Je sais qu’avec un peu plus de ténacité, on aurait réussi mais ce n’est pas le combat que j’avais envie de mener à ce moment-là. C’est très égoïste mais assumé.

Dans tous les cas, ne vous forcez pas, une maman stressée ou non épanouie et une maman dont la lactation sera probablement perturbée ou mauvaise. Pensez-y 🙂 !

 

 


9 réflexions sur “#2 SMM : Ne pas allaiter

  1. J’ai persévéré 10 jours et qu je regrette de ne pas m’avoir écouter…le passage au biberon a été un soulagement pour nous 3…il y a bientôt 14 ans maintenant, mais que c’était difficile à l’époque de dire que je ne voulais pas allaiter…les remarques et les jugements que tu te prends…bien costaud en plus de la descente d’hormones…on m’ a même dit que j’allais retrouver mon poids d’avant grossesse si j’allaitais …enfin bref…ça serait bien qu’on nous laisse faire nos choix.

    J'aime

  2. Je n’ai jamais eu l’envie d’allaiter c’est une chose qui ne m’attire pas. Malgré que je sais tout le positif que ca a. L’envie n’y était pas. Je me suis toujours dit par contre que je donnerai la tétée d’acceuil. Encore quand j’étais prêtre à pousser les sages-femmes m’ont posée la question j’ai dit oui pour la tétée d’accueil. Lorsque Lucile a été posée, elle était un peu comme la tienne. Endormie bien posée dans mon cou. Je n’ai plus eu envie de lui donner la tétée d’acceuil. Elle n’a donc rien eu. Et est au biberon depuis et tout roule 😁. Merci pour tes articles.

    J'aime

  3. Cela s’est déroulé de façon très similaire pour ma fille. Je voulais essayer et voir, sans conviction profonde. Elle n’a jamais voulu du sein, malgré bien des tentatives pendant quasiment 48h. Rien à faire, elle ne prenait pas. Le passage au biberon a été un soulagement.
    Mais, plusieurs mois plus tard, il manque profond s’est installé en moi. J’avais le coeur qui se serrait en lisant des choses sur l’allaitement, voire je pleurais en regardant des émissions sur l’allaitement. J’attends mon 2è bébé pour fin juillet et là, je suis fermement convaincue que je vais tout tenter pour l’allaiter. Comme quoi, chez une même maman, bien des choses peuvent aussi évoluer.

    J'aime

  4. J’ai fait le choix de ne pas allaiter pour mes 2 bébés. Simplement pour le regard des autres en public. Mais aussi car j’avais peur de ne pas savoir s’ils avaient assez mangé… bref. Je ne regrette pas. Mes enfants vont très bien et c’est le principal 😊

    J'aime

  5. Après 48h a tenter d allaiter mon fils, suite un ptit coup de chaleur dans notre chambre à la maternité (été 2016) il a fallu lui donner un biberon avec une solution de réhydratation. C était donc le 1er biberon que je donnais à mon fils depuis sa naissance. Il a têté ce biberon en me regardant avec ses petits yeux et là d un seul coup, j ai eu la sensation véritable de nourrir mon enfant. D être maman, d être sa maman, je n oublierais jamais ce sentiment. L’ allaitement n est pas naturel pour toutes les femmes. Merci pour cet article !

    J'aime

  6. Je suis une jeune maman qui n’allaite pas et j’aurais rajouter, je parle en mon nom par contre peut être qu’il y a pas beaucoup de monde qui pense comme moi, mais non seulement suite à la douleur lors du premier essai, la peur avant l’accouchement, je rajouterais l’envie que le papa partage des moments avec son enfant alors certes on peut tirer le lait mettre en biberon et le papa donne mais je trouve cela pas pareil, on est 9mois à vivre une relation fusionnel et c’est pas mal que le papa puisse réussir a trouver sa place pas toujours facile avec l’allaitement de mon avis. Après je pense que c’est à tester une fois ou deux avant de prendre sa décision, jusqu’au bout j’étais tirailler entre le bienfait de l’allaitement pour le bébé et mes convictions/peurs et puis une fois l’essai la douleur m’a décidé ! En tout cas super article tres complet 🙂

    J'aime

  7. L’allaitement à été quelque chose de naturel chez moi même si cela à été compliqué par moment je ne regrette pas. Mon conseil pour les débuts, c’est vraiment de se reposer le plus possible sinon nerveusement c’est très compliqué de tenir les premières semaines.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s