Les méfaits de la pratique d’un sport à outrance

En tant que sportive confirmée depuis quelques années, j’ai pu expérimenter beaucoup de situations face au sport dans ma vie. Le sport c’est bon pour la santé, c’est prouvé. Mais comme toutes les bonnes choses, à l’excès, on pourrait se prendre un revers de la médaille.

Le sport envahissant dans la vie de couple

Dans beaucoup de cas, pratiquer un sport de manière intensive prend beaucoup de temps. Il n’y a qu’à voir les plannings de préparation d’épreuves Ultra ou hors norme. Chaque sport est exigeant et quand on veut se défier, il faut être assidu et régulier.

Aussi, on peut être amené à y passer énormément de temps, à être en dehors de la maison et à négliger, sans en avoir conscience souvent, le reste.

Outre le coût financier du sport, cette activité a une influence réelle sur la vie des pratiquants. 47% d’entre eux ont déjà renoncé à se reposer pour faire du sport, 31% plutôt que de partager des moments avec leurs amis et 30% avec leur famille. Néanmoins, même pour les plus sportifs, le sport ne reste qu’une activité parmi d’autres, qu’ils ne privilégient pas toujours.

img_20190419_1630331616526309549293232.jpg

Quand on est célibataire, je pense que cela a réellement moins d’impact. Mais quand on est en couple et/ou avec des enfants, c’est un autre manège. Quand on a eu Clarysse, la question s’est forcément posée. Et clairement, il était hors de question de se lancer dans des grands défis maintenant. Je suis un peu la dame qui donne son aval ou pas. Il est vrai que mon conjoint ne peut pas faire toutes les courses qu’il voudrait. C’est pas toujours évident mais j’en ressens le besoin pour l’équilibre de ma famille. Et clairement, je ne le supporterais pas.

Mais, être avec un ou une grande sportive, c’est avoir conscience que cette personne a besoin de cela et peut-être amenée à s’absenter plus ou moins souvent pour satisfaire sa passion.

Aussi, si vous n’êtes pas prêt(e), cela pourra être très compliqué. Ce n’est pas forcément le sport qui peut mener à la séparation mais les conséquences sur la personne qui subit : solitude, lassitude, jalousie, ennui .. Parfois, on en rigole avec Teddy mais c’est un fait.

« Après 29 ans de vie commune, j’ai annoncé à mon mari que je n’éprouvais plus rien pour lui…. nous nous sommes éloignés à cause de sa passion pour le sport (qu’il a repris depuis 3ans). Il ne s’est aperçu de RIEN!!! »

On en parle peu … C’est taboo mais je suis sûre qu’une pratique trop abusive d’un sport peut mener à une séparation quand le choix n’est pas réellement consenti par les deux personnes. Et cela s’apparente à un compromis. Il faut discuter car interdire peut frustrer l’autre et ce n’est pas la solution.

Le bigorexie

C’est une nouvelle maladie à la mode qui touche les addict au sport. Quand la pratique du sport devient une drogue qu’il faut consommer alors on peut parler de bigorexie. Vous ne pouvez pas courir et vous êtes frustrés, de très mauvaise humeur et vous vous sentez mal? C’est récurrent? Il se peut en effet que vous ayez des troubles liés à la pratique du sport.

Le plaisir de faire du sport serait comme le plaisir de boire un verre pour un addict. Il en faut toujours plus et toujours mieux jusqu’à en oublier le reste. Vous avalez les entraînements, les kilomètres, les sessions de surf. Votre corps vous signale qu’il faut freiner, vous avez mal et pour autant vous continuer.

Vous pouvez vous couper du monde du moment que vous assouvissez votre faim de sport.

img_20190506_1140217727840925283976740.jpg

J’étais chez moi, bien au chaud alors qu’il faisait un froid de canard dehors, et je me demandais quand je pourrai bien caser mon footing.

C’est simple : je n’arrivais plus à envisager une journée sans 20 minutes de course à pied.

Passer 24h sans un seul véritable effort physique m’apparaissait aussi désagréable que de ne pas prendre de douche, me balader une journée entière avec une poussière dans l’oeil ou avoir une écharde dans le pouce et ne pas chercher à la retirer.

Les dépenses

Le budget alloué à la pratique du sport varie selon le sport. J’ai pratiqué le basket et je n’avais pas conscience que le sport pouvait coûter autant. A l’époque, on avait nos équipements, on changeait notre paire de basket une fois l’année et puis c’est presque tout. Et puis, je me suis mise au running et au fitness et les choses se sont gâtées.

Tenues d’hiver, d’été, de nuit, longs, courts, chauds, chaussures de trail, chaussures de running, legging à fleur, basic noir etc …. Sont autant de choix possible et de tentation. Et je ne parle même pas du prix des vélos de compétition en triathlon …

Il est possible de s’endetter clairement surtout si on aime bien les fringues de manière générales. Les marques de running proposent des produits de plus en plus tendances. On a envie d’accorder les tenues. Et donc on dépense encore plus. Cela monte très vite sans parler du prix des inscriptions aux courses ……

Les complexes

Il a des sports qui font complexer à mort alors que d’autres pas du tout. Par exemple, je n’ai jamais ressenti ça dans la pratique du sport collectif.

img_20190513_1035554675639672023641723.jpg

De manière générale, dans les sports typique du fitness, je trouve qu’on peut développer des sentiments plutôt négatifs comme la jalousie. Vous faites des sports collectifs et vous n’avez pas de résultats comparés à votre voisine de cours qui a déjà une ligne resplendissante. On voit ce genre de comportement sur les réseaux sociaux où les insultes et les critiques peuvent jaillir de partout.

Il est peut être difficile d’évoluer dans une sphère sportive car nous sommes inégaux face à la performance. Il y a aussi celles dont c’est le métier et celles qui essayent de caser des séances après le travail. Il y a celles qui prennent 3kg en regardant une vitrine et qui se tuent au sport et celles pour qui c’est facile.

Choisissez bien votre sport en évaluant la mentalité du sport sinon ce dernier pourrait être plus néfaste qu’autre chose.

Je ne suis pas en train de faire le procès du sport, bien au contraire. Je pense juste que c’est un plaisir qu’il faut savoir consommer en fonction de critères de choix de vie et de possibilité. Pour ne pas tomber dans le négatif et en souffrir.

Publicités

Une réflexion sur “Les méfaits de la pratique d’un sport à outrance

  1. couriretlire dit :

    J’ai pris beaucoup de recul depuis plusieurs mois….et maintenant, j’ai repris le sport, juste pour le plaisir et que ça fait du bien, je me suis désabonnée de strava ( pire réseau social pour les sportifs selon moi ) et gros désabonnement de masse sur Instagram…et srtout grosse mise au point avec moi même et …ça fait du bien de retrouver l’essentiel : le plaisir !!

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s