#5 Mon année Off – Trouver sa voie

That is the question … La galère sans nom quand on sature dans son job, qu’on est plein de doutes et qu’on ne peut plus pifrer son job. Comment sortir de tout ça? On vous dira alors qu’il faut trouver votre voie mais quand on est vraiment paumé, on est paumé.

Cela fait maintenant 1 mois que je ne travaille plus. Cette pause a pour vocation de faire le point mais aussi de me reposer et me retaper. Les deux dernières missions sont en cours, la santé va mieux et même si mes journées sont bien rythmées, je me repose quand même. La troisième objectif, je dois dire, je patauge. Ou plutôt, je l’ignore car je ne sais pas. Je n’ai pas trouvé encore trouvé la voie.

j’ai lu beaucoup d’articles et de témoignages sur ce sujet-là et les gens finissent toujours par trouver la voie. Alors, si toi aussi, tu es comme moi, je te comprends. Pourquoi c’est si difficile de trouver sa voie?

Vous n’avez pas encore trouvé votre rêve de vie

Quand j’ai eu mon premier rendez-vous avec le pôle emploi, ma conseillère m’a demandé si j’avais un rêve d’enfant, de métier. Et clairement, ça a été la page blanche pour moi. Le désert, le néant le plus total. On part déjà avec de bonnes bases.

J’ai un parcours professionnel atypique c’est à dire que je n’ai pas suivi un fil rouge me menant à un métier. J’ai basculé d’un métier à un autre en développant des compétences par-ci par là mais sans réellement approfondir sur un domaine en particulier. C’est une chance car je suis plutôt polyvalente mais c’est aussi un inconvénient car il n’y a pas un domaine en particulier qui transpire.

En conséquence, je trouve que c’est complexe de trouver sa voie quand on a ouvert plusieurs brèches et quand on a pas un rêve de vie.

silhouette photo of man standing near the edge of concrete pavement
Photo de Oleksandr Pidvalnyi sur Pexels.com
On sait là où on ne veut plus aller

Les réponses que vous avez peut-être tournent surement autour de ce que vous ne voulez plus. Ne plus travailler le week-end par exemple écartera les pistes allant vers le commerce, ne plus avoir à recadrer une personne vous éloigne surement des postes à management, ne plus être mobile, les postes à vocation commerciale. On peut procéder par élimination, cela semble plus simple.

Pour ma part, je commençais à avoir une aversion particulière envers le marketing mais le mauvais côté du marketing : vendre coûte que coûte. Même si on sait le produit mal fini, mal abouti ou le prix déconnant. Cette impression d’arnaquer les gens pour vendre.

Je sais qu’aujourd’hui, si je retourne dans le salariat, j’irai vers des entreprises qui ont de réelles éthiques commerciales et des produits que le maîtrisent et pour lesquels j’adhèrent. C’est pour cette raison que j’ai adoré mon travail chez Décathlon. A contrario, je n’avais plus de week-end. Aujourd’hui, avec Clarysse, je ne l’envisage plus du tout.

Au moins mettre à plat ce qu’on aime

Je crois qu’alors, la première étape, c’est de poser sur une feuille ou plusieurs tout ce qu’on aime, tout ce qu’on fait et nous anime et essayer de le faire dans but précis. Car je trouve qu’à trop vouloir chercher sa voie, on se met une sorte de pression pas possible.

Cet exercice permet de savoir ce que l’on aime et ce que l’on veut faire sans se mettre de frein. On est toujours plus enclin à faire quelques sacrifices quand on fait ce qu’on aime.

img_20190419_1002578299520770811933668.jpg

Par exemple, je serais prête à gagner moins si je fais un travail qui m’anime qu quotidien. Par contre, dans tous les cas, j’aurais du mal à sacrifier mes week-end. Mais c’est comme tout, si le jeu en vaut la chandelle, on verra le moment venu.

On peut se faire aider

C’est alors que vous allez entendre parler du bilan de compétences ou autre méthodes visant à vous aider à trouver votre voie. Mais je vous rassure, ce n’est pas le passage OBLIGATOIRE. Je pense qu’il est intéressant de rester dans une dynamique de réseau, de côtoyer et rencontrer des personnes au quotidien sans but précis, juste échanger et découvrir.

Lire est intéressant aussi, c’est le moment d’essayer des lectures plus orientées développement personnel. Ou encore de vous abonner à des newsletter professionnelles. Enfin tout ce qui pourrait vous enrichir, si vous en ressentez le besoin.

Vous pouvez aussi demander à tester des métiers via des stages et en passant par des organismes ou même demander à vos amis de vous parler de leur métier ou de vous montrer ce qu’ils font. Vous pourriez être surpris.

Prendre les choses avec légèreté

img_20190414_1831312378670993702792838.jpg

Enfin, je pense que plus on se martèlera en tête qu’on doit trouver notre voie, plus difficile sera peut-être le chemin. Les idées et le réflexions sont plus aisées dans un environnement calme et une tête légère.

Pourquoi pas se mettre au vert quelques jours pour laisser l’inspiration venir?

Dans tout les cas, je suis partisane du zéro pression. Si j’ai quitté le monde du travail pour faire le point, ce n’est pas pour me prendre la tête pour trouver encore le chemin. Peut-être suis-je trop optimiste mais je pense qu’en essayant d’être efficace et en me posant les bonnes questions, dans de bonnes conditions, je trouverais, naturellement. Pour le reste, je reste persuadée qu’une rencontre pourra créer une opportunité. C’est pourquoi je ne reste pas non plus enfermée avec ma couture et mes lectures.

Si vous avez des retours d’expériences sur comment trouver votre voie, alors laissez-moi un commentaire que je lirais avec beaucoup d’attention.

Sarah

 


2 réflexions sur “#5 Mon année Off – Trouver sa voie

  1. Coucou Sarah!
    Un copain a fait un bilan de compétences car il était totalement perdu. Ça l’a bcp aidé. Il essaie de développer son projet comme il le veut.
    Après je pense que le bilan de compétences peut aider, mais ne correspond peut être pas à tout le monde.
    Bon courage dans cette quete;)

    J'aime

  2. Coucou Sarah ! Merci pour cet article, personnellement je souhaite faire une réorientation dans ton article m’est bien utile. Si je peux apporter ma pierre à l’édifice, je conseille aussi de faire des stages d’observations dans les milieux qui nous plaisent, c’est pris en charge par pôle emploi et ça permet de voir si le travail nous plaît sur le terrain (car entre le papier et le terrain il y a un monde 😉)
    Belle soirée !

    J'aime

Répondre à Maeva Rbt Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s