Contraception, Menstruation et Sport

Toujours en lisant beaucoup sur les réseaux sociaux, j’ai pu constater que beaucoup de femmes, jeunes femmes, étaient assez mal informées sur le possible lien entre le sport et nos différents petits problèmes féminins. Est-ce que le choix d’une contraction a une incidence sur la pratique sportive? Et les menstruations? Je vous dis tout !

Les menstruations et le sport

Les menstruations correspondent au moment où les règles débarquent. Bien entendu, c’est un phénomène qui varie selon les femmes selon plusieurs critères dont l’âge et le type de contraception utilisée. Autant vous dire qu’on ne pourra pas nous mettre dans des cases en matière de menstruations.

Normalement, avoir ses règles ne doit pas poser de problème quand vous voulez faire du sport. Il n’est pas du tout interdit de pratiquer une activité sportive quand on a ses règles.

Cependant, il y a quand même des facteurs qui peuvent limiter la pratique du sport :

  • Abondance des cycles qui a plusieurs incidences :
    • Flux trop important, handicapant qui peut empêcher la femme de faire quoique ce soit sans que cela déborde. Ici, c’est clairement inconfortable et faire du sport et bouger peut aggraver les choses. Quand on doit changer de protection plusieurs fois par heure, c’est terrible !
    • Flux trop important menant à une fatigue intense. Perdre du sang c’est aussi une baisse potentielle du taux de fer. C’est une des raisons pour laquelle les femmes sommes aussi, surement de base, plus sujette à la fatigue. Dans ces cas-là, vous êtes claquées et c’est normal. Si vous avez toujours des règles abondantes, contrôlez votre taux de fer. Dans ce cas précis, n’hésitez pas à rester chez vous et zapper votre séance de sport.
  • Symptômes liés aux menstruations. Certaines femmes vivent un enfer pendant les régles. Personnellement, quand j’ai eu des cycles avec une contraception non hormonale ou rien du tout, ça n’a pas été une partie de plaisir : nausées, diarrhée, crampes et mal au ventre. Autant vous dire que parfois, j’avais même du mal à aller travailler. Alors faire du sport, même pas en rêve.

Vous l’aurez donc compris, ici il n’y a pas d’explications médicales à la non pratique du sport pendant les règles. Vous devez adapter votre pratique à votre état sur le coup. Si vous êtes fatiguées, c’est normal, ne vous forcez pas.

img_5971

Le choix de la contraception et le sport

En cherchant des bonnes anecdotes, je suis tombée sur une étude intéressante :

Selon une étude réalisée en 2009 à l’Institut national du Sport, de l’Expertise et de la Performance (INSEP), les sportives françaises recourent moins volontiers à la contraception que les autres femmes. Elles sont 60% dans ce cas, au lieu de 77% en moyenne nationale. Pourquoi ? C’est la peur de prendre du poids, en fait, qui ferait reculer un nombre non-négligeable de sportives. Le point avec le Dr Carole Maître, gynécologue à l’INSEP.

Au final, il est trop réducteur de dire que la pilule fait prendre du poids. Une fois de plus, cela dépend des femmes. Par contre, pour certaines pilules, il peut être intéressant de contrôler son taux de Cholestérol 6 mois après le début de la prise.

Par contre, dans le sport de haut niveau, le choix de la contraception peut être très stratégique. Comme énoncé plus haut, les désagréments liés aux menstruations sont beaucoup plus difficile à gérer pour les sportives de haut niveau. Plus de 8 sportives sur 10 ont peur que leurs règles n’arrivent pendant une compétition. Elles auraient donc tendance à choisir des pilules monophasiques qui permettent d’enchaîner deux plaquettes et donc de décaler les règles.

Enfin, si certaines se demandent si la pose d’un stérilet peut gêner pendant la pratique de sport, et bien oui et non. Le stérilet, dans la majeure partie des cas est indolore et passe inaperçu. Cependant, il se peut que le stérilet entraîne des contractions utérines à l’effort. Si des coups ou chocs sont portés dans cette partie, le stérilet peut bouger.

Mon retour

IMG_7470

J’ai eu deux modes de contraceptions : la pilule avant ma grossesse et la pose d’un stérilet au cuivre après la grossesse.

D’un point de vue physique et performance, je n’ai pas senti de changements entre les deux. Je n’ai pas pris de poids quand j’ai commencé à prendre la pilule. Ce qui a changé par contre, c’est la gestion de mes cyles, qui eux-même, ont eu des impacts sur mon quotidien et donc ma pratique sportive.

Après la pose d’un stérilet au cuivre et dans les 6 mois suivants, j’ai commencé à avoir des cycles très douloureux à l’ovulation et aux menstruations. D’une manière générale, j’avais des règles très abondantes pendant 3 jours donc j’étais out. Impossible clairement de faire vraiment du sport en dehors de la maison. Valait mieux assurer le coup. Et gérer la fatigue.

Aujourd’hui, j’ai repris le pilule et tout va bien. Je vais quand même faire contrôler mon taux de cholestérol dans quelques mois. Je fais du sport librement.

Ce n’est pas parce que l’on est une femme que notre performance est amoindrie

Bien se connaître et s’écouter reste la clé pour concilier menstruations et sport

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s