Runner Pollueurs?

Je souhaitais faire écho à une publication sur laquelle je suis tombée sur Instagram il y a quelques jours. Cécile Bertin y parle de sa vision face au manque de poubelles sur certains ravitos « Depuis quelques jours je me fais agresser sur mon propre mur par des personnes qui n’ont pas supporté que j’ose dénoncer le fait qu’il n’y ait pas de poubelles en nombre mises à disposition pour les coureurs sur les ravitaillements du marathon d’Amsterdam sur l’argument « on s’en fout, y a des gens qui ramassent derrière ». Cette réplique m’a inspiré cet article. Alors runner pollueurs ?

Qu’est-ce qui pollue?

La pratique du running en elle-même n’est pas un sport polluant. Vous êtes dehors, vous n’utilisez que votre corps et vos ressources physiques pour pratiquer. Pour autant, tous les à-côté du sport sont loin d’être en faveur de l’environnement.

  • Les contenants proposés au ravito sont le plus souvent des gobelets et assiettes en plastiques
  • Les tubes de gel sont de plus en plus utilisés comme moyen de se nourrir
  • L’utilisation de sac poubelle avant course pour se protéger du froid ou de la pluie
La gestion du ravito

13054425_1762671467298491_1090789788_o

Si vous avez fait plusieurs courses et que vous êtes un adepte du ravito, vous avez compris que le principe même du ravitaillement est tous sauf écologique. Surtout sur certaines courses où les ravitaillements sont montés à l’arrache.

Aussi, lors d’un ravitaillement, on vous propose souvent des gobelets en plastique, remplis à ras. De 1, c’est impossible de boire un gobelet à ras sans en mettre partout, de 2, le principe même du gobelet en plastique me dépasse. Si y’a du vent, ça vole n’importe où et je ne suis pas sûre que les bénévoles arrivent à ramasser l’ensemble des gobelets jetés n’importe où.

Car oui, c’est une réalité mais, malgré les poubelles prévues à cet effet (et quand il y en a), on peut voir des gobelets traîner un peu partout par terre. Acceptable ? Je n’en suis pas si sûre. pas plus tard que le dernier week-end de novembre, j’ai participé aux 10 kilomètres de Chantepie et sur le ravitaillement j’ai demandé à un bénévole où était la poubelle et il m’a répondu qu’il n’y en avait pas. j’ai donc posé mon gobelet au milieu des autres, c’est encore plus hygiénique.

Alors, avant d’accuser les coureurs, j’ai simplement envie de dire aux organisateurs : mais pourquoi pas de poubelles?

Sinon, côté courue, voici donc quelques astuces :

  • Et si les organisateurs proposaient plus souvent des gobelets biodégradables ?
  • Se prendre au jeu du « je vise la poubelle et j’y arrive 😊 »
  • Avoir son propre moyen pour boire (gourde, gobelet ..)
  • Si vous partez avec un sac poubelle sur vous pour vous protéger de la pluie, ne le jetez pas n’importe où
  • Sur les courses longues, vous aurez surement un sac, alors mettez vos déchets dedans

13718018_1125215750854630_1233726089_o

Quand j’ai participé à mon premier duathlon, j’ai été surprise face aux différentes règles qu’impose la discipline. Et je pense qu’elle n’est pas la seule à ça. Par exemple, jeter un déchet par terre sur le parcours vélo est une faute qui peut entraîner la disqualification du participant. Au moins, ça calme. Enfin, si vous consultez les règlements en détail, vous verrez que la plupart des organisateurs parlent de sanction si vous jeter un déchet par terre.

Quand le running devient un véritable écolo

Vous en avez surement entendu parler ces derniers temps des mouvements pour la planète se sont mis en marche. Le mouvement RunEcoTeam (lien vers le Site) a fait parler de lui grâce au soutien qu’à apporter Facebook dans ces actions.

Le concept est simple et efficace : Cours pour un monde plus propre. Des runners peuvent se joindre à ce mouvement, courir et récolter des déchets. Cela ne vous démange pas de temps en temps de ramasser ce que vous pouvez trouver sur votre passage? Sachant que certaines runners parcourent beaucoup de kilomètres, ce serait une belle action.

J’ai aussi trouvé des idées assez intéressantes comme la bille d’eau comestible de la marque Swala. Cela semble assez judicieux quand on sait qu’il est quasiment impossible de courir avec un verre à la main sans en mettre la moitié à côté. Et en plus, la bille de dissout entièrement. Super Non? (Swala invente la bille d’eau comestible)

Nous avons tous une petite action à mener à notre niveau, ne serait-ce que lorsque l’on prend le départ d’une course.

Et vous, c’est quoi vos habitudes de runner pour prendre soin de la planète?

 

Publicités

5 réflexions sur “Runner Pollueurs?

  1. cecilebertin2014 dit :

    Merci pour la référence ! Juste un truc sur les fameuses bulles d’eau qui me semblaient aussi être une bonne idée, pour avoir eu des retours d’amies qui en ont eu sur certaines courses, ça semble moins simple qu’il n’y parait. Mais il faut creuser l’idée !
    Et oui il faut absolument déjà que tout soit en matériaux recyclables puisque ça existe en plus, il n’y a rien à inventer, juste à les disposer sur les tables 🙂

    J'aime

  2. erwan de kermadec dit :

    Je rajouterai deux composantes à cette analyse :

    – Les déplacements…. et oui on a parfois envie d’aller titiller les courses un peu éloignées voire exotiques. Les bons réflexes : limiter ces déplacements et favoriser les déplacements moins polluants (co-voiturage, train voire même vélo si la course est proche). Coté organisateurs : proposer des solutions de co-voiturage… ou en tout cas la mise en relation facilitée des participants via des forums par exemple).

    – La pollution due à ses vêtements.Et oui, nos tenues adorées nécessitte beaucoup d’eau. Alors que faire ? Pour les chaussures pas trop de solution si ce n’est les optimiser en prenant des « costauds » pour l’hiver et les entrainements. Coté vêtements, on évite de surcharger se garde robe à la moindre nouveauté. Et pour les organisateurs ? Et bien exit le T-Shirt en coton basique certes pas cher et permettant d’y loger x sponsors, mais tellement consommateur d’eau et tellement inutile (sauf pour nettoyer le vélo). Donc soit vous proposer un lot de qualité, soit vous evitez les vêtements. Pourquoi pas offrir un produit local et bio ? (bon, ok, un panier de légume c’est pas facile pour y apposer le parrtenaire))

    J'aime

  3. Runner Flower dit :

    Bravo pour l’article et la réflexion… peut-être que si le maximum de coureurs pouvaient faire des retours constructifs comme le tien aux organisateurs, le message passerait et la sensibilisation ferait son chemin avec surement des résultats à terme…

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s