Mes secrets sportifs pour perdurer dans le temps

Les gourous du net et du fitness vous diront toujours : vous voulez réussir? Ok mais ça veut dire quoi réussir? C’est tellement vaste. C’est comme la performance. Où la fixer? Et on vous matraque la tête avec ces idéologies de réussite et de performance à en faire pâlir les uns et les autres. Aussi, je trouve beaucoup plus juste de perdurer dans le temps plutôt que de parler forcément de réussite. Bon nombre de starlettes du sport se sont arrêtés bien vite.

Aujourd’hui, le maître mot c’est résister et perdurer. Si vous voulez vous lancer dans un nouveau programme sportif, il va falloir tenir dans la durée. Si vous préparez une course, ça peut durer 12 semaines voire plus. Aussi, il est plus que important, avant même de penser à la réussite, de mettre en place un plan d’action pour aller dans le temps.

Si on a mal, on insiste pas

La bêtise à ne pas faire. On va vous dire, malgré la douleur avance, tait la douleur etc … Eh oh on est pas à l’armée ici et on parle bien de ton corps. Et ton corps c’est ton moyen de locomotion. J’ai du mal à lire des récits où j’entends, j’ai couru malgré le douleur mais j’ai mal. Pourquoi on va s’infliger ça en fait?

Si le corps envoie un signal de douleur, c’est que le corps va mal à un moment donné, à un endroit donné. Alors ECOUTEZ-LE. N’allez pas titiller vos limites en mode super héros pour au final y payer le prix fort.

La seule douleur valable en sport, c’est le prix de l’effort : la courbature !

img_0572

Si on ne sait pas faire, on demande

Le must des guides fitness c’est de vous donner accès à un ensemble d’exercices et de vous guider dans leur réalisation pendant un certain nombre de semaines. Et c’est top ! Cependant, la limite de ces guides est que certains exercices laissent place à interprétation dans leur réalisation.

Parfois ça vire à la catastrophe. Si vous ne savez pas faire, ne faites pas. Allez sur youtube regarder des vidéos où vous trouverez ce genre d’exercices ou demandez à un coach agréé de visu de vous aider. Mais n’allez pas vous abîmer la santé et le corps en faisant vous même un truc que vous savez pas faire. Y’a pas honte à demander, bien au contraire.

Vous n’irez pas conduire une voiture sans apprendre la base du code de la route?

Il faut que ça reste du plaisir

A moindre d’être complètement maso, on aime quand même faire des choses qui nous plaisent. Et pour le coup, on continue de faire ces mêmes choses. Dans le sport, c’est pareil. Quand j’étais petite, je faisais du judo avec mon frère et puis un jour ça a été à contre cœur et je rentrais tout le temps en pleurant. Bad idea, valait mieux arrêter le massacre ici même.

IMG_2789

Ma conception reste focalisée sur le plaisir. Si tu vas faire ta séance à reculons, tu vas faire comme on dit « de la merde ». Tu ne vas pas être concentré, attentif et motivé. Et tu vas repartir de sa séance encore pire qu’avant. Si tu as mal quelque part ou que tu n’as pas la tête, tu vas aggraver ton cas.

Avoir conscience de ses capacités

Dans le monde du sport, il y a souvent du classement. Ce classement qui vous dit que vous êtes à telle ou telle place.

En 2016, j’ai fait mon premier duathlon. Une épreuve que j’ai trouvé difficile et j’avais sous-estimé l’effort. Pendant l’épreuve, j’ai bien vu qu’il y avait très peu de gens derrière moi. Dur. Dur pour le moral quand tu t’imposes un niveau que tu n’as pas forcément. Quand tu te compares aux autres.

Quand j’ai entamé la dernière portion de course à pied, c’était encore plus dur de voir toutes les personnes déjà arrivées. Et puis, j’ai pensé à moi. A ce que j’étais en train de faire avec mes propres capacités et je peux vous dire que j’était trop fière à l’arrivée en voyant mon conjoint m’attendre. Alors, c’est clair, le classement m’a fait mal. Je préfère l’ignorer car l’accomplissement reste le plus important.

Avoir conscience de ses capacités, c’est accepter d’être moins bon ou plus fort et d’adapter sa pratique et son entrainement en fonction. Avoir conscience de ses capacités c’est être capable de dire Non ou d’adapter un exercice qu’on vous demander de faire.

Ne vous prenez pas pour un lièvre alors que vous êtes une tortue … Vous n’en serez pas moins bon mais en meilleure forme pour aller jusqu’au bout.

IMG_3954

Miser tout sur l’hygiène de vie

Je n’invente rien et il n’y a pas de secret. L’hygiène de vie est très importante. Et il n’en va pas seulement de ce que vous avez fait hier ou la semaine dernière mais bien au delà. Ne pensez pas qu’une salade à midi va compenser votre craquage du week end.

Miser sur le sommeil et sur une alimentation riche et saine tout au long de l’année et pas seulement la veille d’une course.

J’ai été très peu blessée dans ma vie de sportive. Mes blessures plus graves (fractures de la clavicule) sont la résultante de chutes mal réceptionnées au basket. En 2016, avant le semi de Nantes, je cumule double périostite après une préparation de 12 semaines. Une prépa trop intense, pas adaptée à mon rythme de vie et à mes capacités.

Depuis ma grossesse, depuis que j’ai appris, rien à déclarer.

Une réflexion sur “Mes secrets sportifs pour perdurer dans le temps

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s