Ma grossesse sportive

2016 a été une année riche pour moi. Une année avec de belles courses, de beaux défis sportifs avec mon premier duathlon mais aussi un gros bouleversement dans ma vie, ma grossesse. Grossesse désirée, j’ai voulu mener une grossesse sportive et active, parce que c’est tout simplement moi.

Tant de questionnement autour du sport

Les moeurs changent. Avant c’était pas si courant de faire du sport pendant la grossesse. Ou alors on en parlait moins. Et surtout, les femmes ne faisaient pas autant de sport qu’aujourd’hui. On est plus nombreuses et plus assidues.

Aussi, le questionnement du sport pendant la grossesse est récent au final. On entend beaucoup de choses. Mais je reste persuadée que le sport n’est pas tout nocif pour la grossesse quand c’est fait avec intelligence.

Le sport n’est pas un facteur à risque de fausses couches. Le sport ne va pas priver votre bébé de ce dont il a besoin.

Au contraire, le sport c’est bénéfique pour les deux parties.

Comment ça s’est passé pour moi?

J’en avais déjà beaucoup parlé sur le blog des @Troisnenettesenbasket mais voici un bref résumé.

IMG_3030

1er trimestre :

J’apprends ma grossesse et je chope une gastro terrible qui m’a clairement épuisée. J’ai des nausées assez violentes (Voir Soigner les nausées de la grossesse) et j’ai du mal à manger normalement. Aussi, il est impensable pour moi de maintenir une activité sportive comme avant. Je n’en ai pas l’envie.

Par contre, je fais du vélo et je marche quand c’est possible. Ça me fait du bien. Mais j’ai clairement réduit le sport. A la fin du premier trimestre, j’ai 3 kilos en moins donc l’objectif est de reprendre du poil de la bête.

Après la première échographie et avec la validation de ma sage femme, je suis autorisée à continuer le running en douceur.

2ème trimestre :

Tout se passe bien,je n’ai plus de nausées et je mange bien. Je suis même très en forme. C’est particulier ce sentiment d’être plus en forme que d’habitude. Je fais quelques sorties running en endurance fondamentale et jamais plus de 6/7 kilomètres à hauteur de 1/2 fois grand max par semaine. A côté de cela, je commence à aller à la piscine et à apprécier nager avec ce petit bidon qui sort. Je pratique aussi le body balance (sorte de Yoga un peu plus dynamique) pour me détendre.

A la 22ème semaine, je décide d’arrêter la course à pied car j’ai mal aux genoux. La marche devient donc ma meilleure amie surtout que le printemps pointe le bout de son nez.

IMG_1801

Le bébé va toujours aussi bien, on nous annonce une petite fille bien en forme et tonique déjà. J’ai quand même une sciatique et ça c’est pas le truc le plus sympa !

3ème trimestre :

Je continue la marche, surtout que je ne travaille depuis fin avril. Je vais chercher le pain à pied et je sors 1 à 2 fois par semaine pour aller nager. Je nage essentiellement le crawl car je maîtrise mal la brasse et les ouvertures de jambes me font mal aux ligaments.

J’ai nagé jusqu’au 8 juillet et le lundi soir avant d’accoucher j’avais fait 4 kilomètres avec Teddy.

En tout, j’ai nagé 10 kilomètres, pédalé 100km et marché/couru 500 kilomètres avec Clarysse dans mon ventre.

Les bénéfices pour moi

Apaiser

Je suis de nature stressée mais sans vraiment en avoir conscience. J’ai du mal avec l’ennui car cela me fait cogiter. Aussi, marcher était le meilleur moyen de m’occuper pendant mon congés maternité. A la piscine, j’avais un balladeur mp3 étanche et je me laissais flotter gentiment.

Aussi, la marche calmait beaucoup Clarysse qui donnait énormément de coups !

IMG_1439

Garder la forme au quotidien et pour le jour J

Une de mes peurs étaient de me dire que l’accouchement allait complètement me mettre out vu que j’allais perdre mes acquis sportifs. Aussi, entretenir une condition physique et un rythme était pour la clé pour assurer le jour J. On dit qu’un accouchement c’est comme un marathon alors impensable d’y aller non préparée.

Et mon accouchement était génial. J’ai honte de dire que j’ai trouvé cela facile mais c’est le cas. Et je pense que ma condition physique y est pour beaucoup.

Lutter contre les petits désagréments liés à la grossesse

On ne va pas se mentir. Il y en a eu mais le sport m’a beaucoup aidé. Par exemple, pour la sciatique, il est conseillé de marcher. Ça fait un bien fou. Pour lutter contre l’insuffisance veineuse et la rétention d’eau, il faut drainer. Et la marche aide à drainer.

La piscine est un merveilleux moyen pour avoir l’impression d’être toute légère en fin de grossesse.

En somme, le sport pendant la grossesse c’est cool et dans tous les sens du termes. Pratiquer le sport à la cool, sur accord d’un professionnel et écoutez-vous. Ne faites pas n’importe quoi. Mais ça, on en reparlera 🙂 .

 

 

 

 

 

 

 

Publicités

3 réflexions sur “Ma grossesse sportive

  1. Alexandra dit :

    Hello Sarah,
    Très bel article 😉
    Je confirme et valide ce que tu écris.
    J’ai moi même fait de la marche rapide tout au long de ma grossesse jusqu’à la veille de mon accouchement. Je ne m’étais jamais sentie aussi bien et aussi en forme!
    Comme tu le dis, c’est bien pour tout et aussi pour le moral.
    Bonne continuation à toi !

    J'aime

  2. Marion dit :

    Merci pour cet article ! 🙂 je te suis depuis un petit moment déjà sur ig et après lecture de cet article, je m’y reconnais. Je vis actuellement ma première grossesse et, après un 1er trimestre difficile, jai le feu vert pour reprendre la course… ce qui me met en joie ! 🙂 Petite question toutefois : comment t’es tu débrouillee pour t’equiper en vêtement de sport ? Il faut avouer que ce n’est pas chose aisée…

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s